La maladie infectieuse

La microbiologie est l'étude des "microbes" qui sont des êtres petits et vivants qui nous intéressent en médecine car ils sont responsables d'infection.

La maladie infectieuse est l'ensemble des répercussions qu'entraînent dans un organisme la pénétration et/ou (*) le développement d'un agent infectieux ou l'action de ses produits (* La maladie infectieuse peut être consécutive à la prolifération d'agents infectieux déjà présents dans l'organisme.).

On peut être infecté sans être malade.

La maladie infectieuse survient au cours d'une infection et se caractérise par une situation anormale du sujet hôte.

Les agents infectieux sont :

des bactéries

des virus

des parasites

des champignons inférieurs

des levures

Relations entre organisme-hôte et microbe

Avant Pasteur, l'existence de microbes était connue mais leur relation avec la maladie n'était pas soupçonnée : "la maladie est en nous". Pourtant, Semmelweis, médecin accoucheur autrichien, et Lister, chirurgien anglais, avaient démontré les bienfaits de l'asepsie et laissé supposer que l'infection était causée par les microbes.

Pasteur s'oppose à la notion alors en vogue de "génération spontanée" des microbes et Koch, médecin allemand, apporte la preuve directe de la nature microbienne de la maladie par ses études sur la maladie "du charbon". Dès lors, on considère qu'un microbe particulier est directement responsable d'une maladie - "la maladie est hors de nous" - et Koch édicte des postulats :

    1. le microbe est présent dans tous les cas de la maladie
    2. le microbe doit être isolé du malade et cultivé au laboratoire
    3. le microbe en culture doit reproduire la maladie quand il est inoculé à un animal sain et sensible
    4. le microbe doit être isolé de l'animal ainsi infecté.

Grâce à ces postulats, de nombreuses maladies infectieuses ont trouvé leur étiologie mais des impasses et des erreurs n'ont pu être évitées : des maladies strictement humaines n'ont pas trouvé leur agent causal (gonococcie) et la grippe a été attribuée à tort à "Haemophilus influenzae" alors qu'on sait aujourd'hui qu'elle est due à un virus..

Actuellement, on considère que la maladie dépend à la fois du microbe et de l'hôte, de l'agent infectieux et du "terrain".

Les microbes nous habitent, notre organisme fait de 1013 cellules héberge 1014 bactéries et les relations entre hôte et microbe sont des relations normalement équilibrées et contrôlées : toute rupture de cet équilibre est source de désordres ou cause de maladie.

La maladie infectieuse suppose une participation de l'organisme : ne fait pas une infection qui veut ! L'organisme réagit habituellement en produisant cellules et anticorps spécifiques : c'est la réaction immunitaire. Le sérodiagnostic met à profit cette réaction : la mise en évidence des anticorps et le suivi de leur cinétique permet de diagnostiquer l'infection. 

Le tableau ci-dessous résume les relations qui peuvent s'établir entre une bactérie (cellule procaryote) et une cellule animale (eucaryote)

Type de relations

bactérie

cellule animale

indifférence

0

0

symbiose

+

+

commensalisme

+

0

exploitation

+

-

0 = sans effet      + = effet favorable      - = effet défavorable

l'indifférence

les bactéries vivent chez l'hôte sans lui apporter ni gêne ni avantage. Elles sont, par exemple apportées par l'alimentation (la tolérance pour la viande hachée se situe à 500.000 bactéries par gramme et l'eau d'Evian en contient 20.000 par ml). Elles ne trouvent pas les conditions favorables pour s'implanter dans le tube digestif et sont donc de simples transitaires.

la symbiose

Étymologiquement : vivre ensemble. La cohabitation est salutaire pour les deux types de cellules. Des bactéries implantées dans l'intestin participent à la synthèse de la vitamine K qui est utile dans les processus de coagulation du sang.

le commensalisme

(cum,avec - mensa,, la table : qui mange à la même table)

La bactérie vit chez l'hôte et tire profit de cette situation mais n'apporte aucune gêne. Les frontières entre commensalisme et symbiose sont toutefois assez imprécises :

du commensalisme à la symbiose :
du commensalisme à l'exploitation :

l'exploitation

situation relativement exceptionnelle qui conduit à l'infection. L'hôte est gêné par la présence de la bactérie.

Synonymes :

neutralisme pour indifférence
mutualisme pour symbiose
saprophytisme pour commensalisme (en fait saprophyte se dit d'une bactérie qui vit dans la nature aux dépens de débris végétaux : sapros = pourriture et phyte = plante). Ce terme est souvent utilisé pour désigner des bactéries non pathogènes (non génératrices de maladies) ou commensales, ce qui constitue un abus de langage.
parasitisme pour exploitation : c'est le cas des bactéries dites "pathogènes".

Retour