Les virus des fièvres hémorragiques

Autrefois limitées à quelques arboviroses (dengue, fièvre jaune), les fièvres hémorragiques ont connu un regain d'intérêt à la suite de l'isolement de nouveaux agents viraux : Ebola, Hantaan, Lassa et Marburg. Les fièvres hémorragiques sont surtout présentes dans les zones tropicales d'Afrique, d'Asie et d'Amérique excepté la fièvre hémorragique avec syndrome rénal liée au virus Hantaan qui connaît une très large répartition et intéresse les pays tempérés.

Les virus responsables appartiennent à des familles différentes :
 
ARBOVIRUS
Togaviridae Alphavirus Chikungunya
Flaviviridae Flavivirus

 

Fièvre jaune

Dengue

Maladie de la forêt de Kyasanur

Fièvre hémorragique d'Omsk

Bunyaviridae Nairovirus

Phlébovirus

Fièvre hémorragique de Crimée-Congo

Fièvre de la vallée du Rift

AUTRES VIRUS
Arenaviridae Virus Lassa

Virus Junin

Virus Machupo

Fièvre de Lassa

Fièvre hémorragique d'Argentine

Fièvre hémorragique de Bolivie

Filoviridae Virus Ebola

Virus Marburg

Fièvre hémorragique à virus Ebola

Fièvre hémorragique à virus Marburg

Bunyaviridae Virus Hantaan Fièvre hémorragique avec syndrome rénal
 

CHIKUNGUNYA

Transmis par les moustiques du genre Aedes, ce virus est présent en Afrique et en Asie. Il entraîne des arthralgies accompagnées de fièvre et d'un rash.
   

Retour au tableau

FIEVRE JAUNE

Transmis à partir du singe par les moustiques du genre Aedes ou Haemagogus, il entraîne chez l'homme une hépatonéphrite à tendance hémorragique. On le rencontre en Afrique (du nord du Sénégal au sud du Zaïre et du Kenya) et en Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Guyanes, Vénézuela) ainsi que dans les Caraïbes.

Le virus se maintient dans les forêts par un cycle singe-Aedes africanus. Dans la zone d'émergence que constitue le secteur préforestier, où les contacts homme-moustiques sont plus fréquents, le virus circule pendant la saison des pluies. A partir de cette zone, il peut gagner ensuite les villes.
  

Retour au tableau

DENGUE

Les réservoirs de virus semblent être l'homme et le singe, infectés par l'intermédiaire d'un moustique vecteur.

La maladie sévit en Asie du Sud-Est, en Afrique tropicale, dans les îles du sud du Pacifique, à Cuba et au sud des Etats-Unis.

Des phénomènes hémorragiques n'apparaitraient au cours de la dengue qu'en cas d'infections séquentielles par des sérotypes de virus différents.
  

Retour au tableau

MALADIE DE LA FORET DE KYASANUR

Le virus responsable est présent au sud-Ouest des Indes et a pour réservoir le rat, l'écureuil, le porc-épic, les oiseaux, les chauve-souris et les singes. Il se transmet à l'homme par l'intermédiaire de tiques.

L'infection, qui se manifeste après 3 à 8 jours par un syndrome pseudo-grippal et une pneumonie s'accompagnant parfois d'une méningo-encéphalite, conduit à la mort dans 10% des cas.
 

Retour au tableau

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES D'OMSK

Le réservoir de virus est le rat musqué et le vecteur une tique et la maladie sévit en Sibérie Occidentale : elle se manifeste, après 3 à 7 jours d'incubation, par un syndrome pseudo-grippal accompagné de signes nerveux et digestifs parfois associés à une pneumonie et à une atteinte rénale. Elle conduit à la mort dans 2% des cas.
 

Retour au tableau

 FIÈVRES HÉMORRAGIQUES DE CRIMEE-CONGO

Cette maladie, décrite en Crimée, en Asie Centrale, en Bulgarie, en Yougoslavie, est due à un virus transmis par une tique et peut infecter l'homme, les ovins, les caprins et les bovins. Le réservoir sauvage n'est pas connu.

L'infection se manifeste par un syndrome pseudo-grippal et des troubles digestifs. On observe une atteinte du système nerveux central dans 20% des cas.
  

Retour au tableau

FIEVRE DE LA VALLEE DU RIFT

Le virus, limité à l'Egypte et au sud du Sahara, est transmis par des moustiques. Les bovins et les ovins sont des réservoirs du virus. L'homme est infecté par aérosolisation au contact des carcasses d'animaux morts ou piqûre de moustique. La maladie se manifeste par des phénomènes hémorragiques et un syndrome fébrile parfois associés à une encéphalite ou à une rétinite pouvant conduire à la cécité.
 

Retour au tableau

 FIEVRE DE LASSA

La zone d'endémie du virus est constituée du Nigéria, du Libéria et de la Sierra Leone. Le réservoir de virus est un rongeur.

L'infection se manifeste par un syndrome pseudo-grippal, des douleurs abdominales et thoraciques, une pharyngite ulcéreuse et une cytolyse hépatique. Elle est spontanément mortelle dans 65% des cas mais une chimiothérapie précoce par la ribavirine peut ramener ce taux aux alentours de 5%.
 

Retour au tableau

 FIÈVRES HÉMORRAGIQUES D'ARGENTINE ET DE BOLIVIE

La maladie est beaucoup moins fréquente depuis que des campagnes d'élimination systématique ont permis de diminuer le réservoir animal, constitué par des rongeurs. Elle se manifeste, après 2 semaines d'incubation, par un syndrome pseudo-grippal et de violentes lombalgies, une congestion conjonctivale et pharyngée, des nausées et des pétéchies, et évolue spontanément vers la mort dans 20% des cas.
  

Retour au tableau

MARBURG ET EBOLA

Outre les contaminations de laboratoire liées à la manipulation d'animaux infectés, les infections humaines sont décrites sur le continent Africain. Le réservoir des virus n'est pas encore formellement identifié.

L'infection se manifeste par un syndrome pseudo-grippal, des douleurs abdominales et thoraciques, une diarrhée fébrile, un exanthème et fréquemment par une atteinte hépatique. Elle évolue spontanément vers la mort dans 80% des cas.
  

Retour au tableau
 
 FIÈVRES HÉMORRAGIQUES AVEC SYNDROME RENAL ou FIÈVRES HÉMORRAGIQUES DE COREE

Des cas humains liés aux virus Hantaan ou Puumula ont été décrits en Asie, en Europe de l'Est, en Scandinavie, en Grèce et en France. Les réservoirs de virus sont des rongeurs (mulots, campagnols).

L'infection sévit surtout en milieu agricole et forestier. La forme asiatique de la maladie associe des céphalées, des nausées et des vomissements à une protéinurie, une hématurie et une insuffisance rénale. La forme scandinave, moins sévère, se manifeste par des troubles oculaires (údème des paupières, conjonctivite, myopie passagère).
  

Retour au tableau

Retour au sommaire