LE 6E HERPESVIRUS HUMAIN

  1. L’infection par HHV6, virus lymphotrope
      1. Primo-infection

      2. La transmission du virus se fait par l'intermédiaire de la salive.
        La contamination a lieu très tôt au cours de la vie (70% des enfants de moins de 4 ans ont des anticorps spécifiques).
        Dans la majorité des cas, la primo-infection est inapparente.
        Sinon, elle se manifeste par une hyperthermie (3 à 4 jours) qui peut occasionner des convulsions suivie d'une défervescence et d’un exanthème subit rubéoliforme (1 à 2 jours) siégeant sur le tronc et le cou : c'est la "6e maladie infantile" (ou roséole).

      3. Résurgence

      4. Elle est inapparente. Après la primo-infection, le virus persiste dans l'organisme puisque son génome est détecté dans les glandes salivaires, lymphocytes et les monocytes de nombreux sujets sains.

      5. Formes sévères


    Il n’en existe pas. L’évolution est toujours favorable.

  2. Pathogénie de l’infection

Les virus sont fragiles et ne se propagent donc que par contact direct.

  1. Diagnostic de laboratoire
  1. Traitement


La sensibilité de HHV6 aux antiviraux est plus proche de celle du CMV que des HSV1 et 2 : Si un traitement s'avérait nécessaire, on pourrait utiliser :
 


Efficace si le virus est en phase de multiplication, pas s'il est à l'état latent.
Toxicité hématologique et sur le sperme.
 

Retour au sommaire               Révisions (QCM)