LE VIRUS DE LA RUBEOLE

Le virus de la rubéole est responsable d’une maladie éruptive, contagieuse, immunisante, le plus souvent bénigne, voire inapparente dans sa forme acquise. La gravité de l’affection est due à la tératogénicité du virus : si l’infection survient chez la femme enceinte (surtout lors du 1er trimestre de la grossesse), elle peut être responsable d’un syndrome polymalformatif chez le foetus.

Le virus
Le virus appartient au genre Rubivirus, de la famille des Togaviridae.

Structure

C’est un virus à ARN, d’un diamètre total de 60 à 70 nanomètres.
Il est composé d’un noyau central (" core "), entouré d’une enveloppe porteuse de spicules d’hémagglutinine de 5 nanomètres de long.

Résistance

C’est un virus fragile, inactivé par l’éther, le chloroforme, l’alcool à 70°, la chaleur (quelques minutes à 70°C, 30 mn à 56°C) et les U.V.

Sa conservation est possible par congélation ou lyophilisation.
 

Antigènes

Il n’existe qu’un seul type antigénique de virus.
On décrit des antigènes fixant le complément, précipitants, agrégeant les plaquettes... et surtout un antigène hémagglutinant :

Caractères culturaux

Le virus se multiplie très lentement en culture, et sa présence est révélée indirectement par une technique d’interférence : la culture du virus de la rubéole sur des cellules les rend insensibles à l’inoculation ultérieure d’un autre virus normalement cytopathogène (par exemple les virus ECHO ou COXSACKIE).
 

Cycle de multiplication

Il est mal connu, du fait des difficultés de culture.
Le site de multiplication du virus est exclusivement cytoplasmique.

Pouvoir pathogène expérimental

Seul l’homme est réceptif à l’infection par le virus de la rubéole.
 

Epidémiologie

. les rubéoleux, pendant une semaine avant et après l’éruption,
. les nouveau-nés infectés, pendant 6 mois

. par voie aérienne (rubéole acquise)
. par voie transplacentaire (rubéole congénitale)

La rubéole est une maladie de l’adulte et du grand enfant : elle survient avant tout dans l’enfance, à l’école et souvent même avant. A l’âge adulte, 90% des individus non vaccinés ont un sérodiagnostic POSITIF (-- 1 femme enceinte sur 10 femmes non vaccinées est donc réceptive à la rubéole)

Infection humaine

RUBEOLE ACQUISE

c’est-à-dire toute rubéole contractée après la naissance, par opposition à la rubéole congénitale.

Caractéristiques cliniques

. Incubation : 14 à 20 jours
. Invasion brève (moins de 2 jours) et discrète : syndrome infectieux banal
. Phase d’état : Eruption Fièvre Adénopathies Plasmocytose

Evolution

L’évolution se fait habituellement vers une guérison sans séquelles en quelques jours.
Les complications sont rares : arthralgies, encéphalite, purpura

Immunité

L’infection rubéolique provoque une immunité définitive, mais une réinfection est possible.

Diagnostic de certitude :

Il repose sur la recherche des anticorps anti-rubéoleux sur 2 prélèvements sanguins effectués à 15 jours d’intervalle.

En cas de rubéole évolutive : séroconversion ou augmentation du taux des anticorps entre les deux prélèvements, présence d’anticorps de type IgM.
 
 

RUBEOLE CONGENITALE

Jusqu’à la 20ème semaine de grossesse, toute primo-infection rubéolique peut par sa virémie contaminer l’embryon et provoquer un avortement spontané ou un syndrome polymalformatif (cardiopathie, cataracte, surdité) et une infection chronique du foetus.
Aux malformations découvertes par GREGG s’associe une infection virale chronique (rubéole congénitale évolutive) se poursuivant pendant la vie foetale et après la naissance.
Le virus traverse le placenta, surtout pendant les premières semaines de la grossesse.

En France, chaque année, on déplore 10 à 40 cas de rubéole congénitale pour 750 000 naissances.

Malformations

Rubéole congénitale évolutive

Le virus peut être isolé pendant plusieurs mois de la gorge et des urines de l’enfant qui représente une source de contamination.
Cette rubéole évolutive entraîne des lésions pluriviscérales, le plus souvent associées aux malformations.

Le pronostic est sévère : la mortalité est très élevée au cours de la première année de vie (1 décès sur 5 cas), l’avenir psychomoteur est réservé.

Diagnostic au laboratoire

Diagnostic direct

Le diagnostic direct par mise en culture sur cellules est possible mais long (plus d’un mois) et délicat.
Dans le cas d’une rubéole acquise, il se fait par à partir de prélèvements de gorge et de nez à pratiquer dès l’éruption ou, au plus tard, dans la semaine qui suit l’éruption.

Dans le cas d’une rubéole congénitale, on peut tenter d’isoler le virus à partir des tissus embryonnaires s’il y a eu interruption de grossesse, à partir du liquide amniotique et du sang de cordon prélevé in utero chez un foetus ou à partir de prélèvements de gorge, d’urines et de L.C.R à la naissance ou au cours des 6 premiers mois de vie.

Diagnostic indirect

Titrage des anticorps

IgM spécifiques

Traitement, prévention

Son but est d’éviter la rubéole congénitale et ses conséquences (malformations, retard psychomoteur).

Gamma-globulines : non
Il n’y a pas de prévention réelle de l’infection par injection de gamma-globulines spécifiques : elles n’ont une activité protectrice que si elles sont utilisées dans les 2 à 3 jours suivant le contage. Les résultats sont en pratique illusoires.
 

Vaccination
La prévention repose sur la vaccination par utilisation d’un vaccin atténué, contre-indiqué chez la femme enceinte, ainsi que sur la surveillance sérologique des femmes enceintes, surtout en début de grossesse.

Vaccin vivant atténué

Protocole de vaccination


EN RESUME : conduite à tenir pour prévenir une rubéole congénitale
 

Avant la grossesse

Rechercher la séroprotection et vacciner les filles avant la puberté (en France, actuellement, on propose la vaccination ROR - rougeole, Oreillons, Rubéole - à tous les nourrissons).
 

Pendant la grossesse

a) EN DEHORS DE TOUT CONTAGE

Rechercher la séroprotection et prescrire un contrôle sérologique mensuel chez les femmes séronégatives pour dépister une éventuelle séroconversion.

Le risque tératogène est alors très important si la grossesse a moins de 10 semaines.

b) CONTAGE SUSPECT

Retour au sommaire